Un serial killer venait de me précéder laissant les corps tronçonnés des anciennes locataires de la vitrines… Le radeau de la mode n’avait pas fini d’user, il tronçonnait maintenant …

François Vitalis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *