Chronique Japonaise

Visite du musée mémorial Shiki de Matsuyama

Matsuyama (松山市) sur l’île de Shikoku – une petite ville provinciale dont la modernité semble restée figée dans les années 70’ par endroits. Mais elle possède un beau château (1603), l’un des plus anciens onsen du Japon et c’est la ville natale de Masaoka SHIKI, le fondateur du Haïku moderne, qui y a son musée.

Façade du musée mémorial Shiki.

Shiki signifie ‘coucou’, dont les japonais disent qu’il chante jusqu’à tousser du sang puisque l’intérieur de la gorge est rouge. Shiki qui avait la tuberculose, dont il est mort à 35 ans, adoptait ce nom.

Visiter un musée sur un poète où presque tout est écrit en japonais… presqu’un exercice de méditation…

Original du premier poème écrit par SHIKI

Scène reconstituant : les trois derniers haïkus de Shiki recueillis par sa jeune sœur.

 Le contact s’est établi avec François Vitalis, fondateur du Photaïku français.

Le beau livre du musée permet d’approcher un peu plus le poète SHIKI.

À voir actuellement.

Margret et François Vitalis

Chronique Japonaise

LA CÉRÉMONIE DE BÉNÉDICTION

(du poisson et de bien d’autres créatures jusqu’alors entre-aperçues)

Tout d’abord les protagonistes : porteurs, musiciens, mages et faux mages de Hollande et d’ailleurs…

Document donné sous le manteau dévoilant tous les secrets de la cérémonie filmée ci-joint le 11 mai 2019…

 

Le satyre du marché aux poissons s’emparant d’une jeune eurasienne (enquête en cours, la famille refuse de porter plainte…). On soupçonne un Tengu déguisé en poissonnier…


LE TENGU, récemment aperçu dans la région de KOTYO. 
Pour tout renseignement concernant Le TENGU 
prendre contact avec : Art-Conditioned.com

François Vitalis

Chronique Japonaise

A LA RECHERCHE DU KIMONO

Kyoto, deux anglaises made in England… « We try the local culture !» . Elles ont refusé de me chanter God Save The Queen… Syndrome de Stockholm, certainement !

Duo de Kimonos au repos

Marché aux puces de Fukagawa. 

Jeune touriste. Dos, Gros plan et 3/4 .

Exemple d’un beau Kimono de location à partir de 2500 yens la journée.

Jeunes touristes asiatiques en Kimono fraternisant avec le reporter d’Art-Conditioned.

Vendeuse de Kimonos en Kimono et son assistante non kimonotée.

Notre national Willy Ronis s’installe au milieu des kimonos.

François Vitalis