La pensée animale

Pour l’exemple, pendus, les anciens colocataires de l’homme ruminent. Chassés des cavernes, torturés par les bâtards du bipède, ridiculisés par la souris yankee, ils abandonnent aux passants les rouges objets de leur désir. Bival n’est point trivial.

François Vitalis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *