Siem Reap War Museum

Jardin de Fer

En ordre méthodiquement espacé, les engins de guerre dans des états d’usure plus ou moins avancés attendent la rouille. Ils sont là comme abandonnés sur une pelouse ponctuée de quelques arbustes sur un espace de la grandeur d’un terrain de foot. Le canon en l’air, dépouillés pour la plupart de leurs attributs utilitaires.

Ex du Super Star du Super Marché De l’Armement,

ILS ROUILLENT.

Certaines pièces aux vertus mécaniques affirmées ou recherchées ont fini sur le Bambou Train.

Magie des mutations.

Mirage peuplé

de meubles de jardin transformés en mastodontes

de métal. Rebuts

d’un Calder paranoïaque, ils attendent la pluie

sous un soleil brûlant.

Quelques touristes, sonnés par les dernières photographies, ont laissé leur guide et se promènent dans cet étonnant silence où seul perce un chant d’oiseau.

On est plongé dans un climat particulier où l’écho des massacres et l’expression de toutes ces violences ont disparu. On pourrait presque penser que cette pièce de DCA repeinte en vert jardin n’est plus que la mauvaise réincarnation d’une tondeuse à gazon.

François Vitalis

Je remercie Jean Deslandes pour son aide précieuse sans quoi ces vidéos ne verraient jamais le jour, ainsi que Marina pour ses conseils et sa participation active et toute l’équipe du Musée de la guerre de Siem Reap pour leur grande gentillesse et les connaissances de leurs guides.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *