Angkor Silk Farm

La Ferme de la soie assure la formation et l’apprentissage de jeunes femmes, principalement, qui n’ont pratiquement pas fréquenté l’école. L’avancement au sein des différents postes dans la ferme se fait en fonction de l’habileté, de la rigueur et la productivité. Une bonne ouvrière gagne environ 200 $ par mois.

Tout est sur le tableau expliquant le cycle du ver à soie, les joies et les peines du Bombyx du murier.Tout est dit sur la partouze du Bombyx du murier (un must qui excite le plus coincé des entomologistes). Figure libre, missionnaire du Bombyx et levrette du mûrier tout est bon pour cet étalon qui va copuler comme une bête pendant 12 h. Après quoi ce stakhanoviste du sexe s’écroulera pour toujours. La femelle fécondée, mère courage du hyménoptère prend le relais.

Le prix à payer pour avoir un foulard aussi bon marché n’étant pas le moindre. Rappelons que le Cambodge produit la soie la plus fine d’Asie.

Je n’ai pas toujours respecté la visite guidée, le sourire d’une ouvrière, un râle de plaisir du papillon, le cri d’agonie d’un autre. Tout cela est très troublant.

François Vitalis

Notre découverte de l’année : Misha Rebrov, sax ténor

Misha joue tous les soirs au Ten Bells, club de jazz à Siem Reap au Cambodge. Bonne adresse pour les amateurs.

Du smooth jazz intelligent. Qu’est-ce qu’il est sympa ce Misha ! Il n’est jamais mauvais mais très souvent particulièrement bon.

Ambiance club, atmosphère chaleureuse.

Dans la série des p’tits secrets : Misha joue sur un sax ténor OVERTONE. Instrument de marque chinoise (vendu 500$ à Bangkok, en Chine 150$), seul handicap, il est peu près 2 fois plus lourd qu’un Selmer M6.

François Vitalis

 

Le Professeur Tuon Tés

Rencontre inédite à l’Université Bouddhiste De Wat Bo

J’ai rencontré le professeur Tuon Tés l’année dernière en visitant le Temple de Wat Bo. Un groupe important de moines en robe safran s’était formé dans les escaliers d’un bâtiment et cela avait éveillé ma curiosité… Au pied de l’escalier un petit moine prenait le groupe en photo. J’adore prendre les photographes et les photographiés en photo.

J’essayais de sortir mon appareil discrètement… toujours est-il que les moines se dispersaient, quand deux grands moines m’encadrèrent. Le plus grand me dit avec énergie :

« Le maître voudrait vous rencontrer »

Apparemment ma prestation n’était pas passé inaperçue et des souvenirs d’une scolarité douloureuse me titillèrent le cerveau, quand un petit homme se présenta devant moi :

« Bonjour Monsieur, vous parlez français ? Je suis le Professeur Tuon Tés. J’ai 90 ans et je cherche pour mes cours une carte de géographie du Cambodge dans l’Empire Colonial Français ».

Grâce à la complicité de Jean des Lilas, l’opération fût réglée en 2 temps 3 mouvements.

La maison Taride, fournisseur des Écoles de la République avait bien fait les choses et des collègues enseignants du professeur nous aidèrent pour la réception électronique du document.

Nous nous revîmes plusieurs fois et j’assistais à l’un de ses cours où des moines étaient interrogés au tableau noir.

Le professeur Tuon Tés a aujourd’hui 91 ans, il est passé au travers des plus grands conflits du siècle. Les Français, les Japonais, les Alliés, les Américains, les khmers rouges et les Vietnamiens. C’est un vrai Survivant.

Il sait de quoi il parle et il donne toujours des cours à l’université Bouddhiste. Il a bien voulu m’accorder cette interview.

Son slogan, « Le socialisme ça conserve »

François Vitalis

Le temple Wat Bo

Je remercie le Professeur Tuon Tés et ses collègues qui m’ont aidé à reprendre contact et qui mirent à ma disposition la salle des profs.