Le marcheur solitaire

Coincé entre 2 pavés, le petit marcheur ne savait plus où aller. En arrière, jamais, devant, toujours, à l’ouest, toujours, à l’Est bien sûr, les 3 en même temps… cela devenait difficile d’autant qu’en restant à l’arrêt… il commençait à germer sur place.

Certes, les petits marcheurs étaient dotés maintenant de godillots équipés avec les miraculeuses semelles «Éléments de Langage», impossible de déraper dans un débat, plus crantées qu’une mâchoire de requin… Un peu lourdes, certes, mais, miraculées… ha, ha ! Encore une vanne du Dr Castagnette, c’est un marrant, le Docteur… quel génie, et ses lunettes à 1 trou pour le 1er Mai… le Docteur Castagnette vient de me donner un proto, ce sera un must. Il me reste plus qu’à chercher la femme inconnue… avec Marie Laine, c’est pas de la tarte !!!

Je glisse vers l’avant, et en même temps, j’suis bien accroché par mes «Semelles Éléments de Langage». En fait j’ai l’impression de marcher et je fais, heu, du surplace, heu, en fait je bouge même pas les pieds. Ce qu’est magique, heu, c’est que j’me suis pas encore, heu, pété la gueule. Les lunettes à un trou peut-être, ça stabilise et Marie Laine m’a dit la Femme Inconnue c’est pas dans la poche, ça se mérite et ce sera pas de la tarte … toute une éducation derrière.

Gros plan sur les lunettes à un trou, dites aussi Lunettes du 1er mai. Nous découvrons ensemble: “Le sac à dos imaginaire…“ il ne pèse rien, mais comme on ne peut rien mettre dedans les apparences sont sauves. Vous remarquerez les jambes de l’enfant qui pendouille offert par le Ministère de la Famille heu ! J’ai l’impression “ les semelles de langage” commence à lâcher … houlala, la la ! ça penche drôlement.

François Vitalis

Le pavé a parlé

Le bouleversement climatique attaquait par derrière et lâchait maintenant des ornithorynques sous nos pieds. Creusant des galeries, les monotrèmes nous bouffaient la semelle en lousdé…

L’ornithorynque sort de l’asphalte, utilise la semelle de la chaussure comme silencieux et s’attaque au talon de l’usager (voir les armes secrètes du gouvernement et le réchauffement climatique par Thora DuBoudin…)

En une minute le marcheur s’était transformé en pou. Que faire, face à l’ornithorynque de trottoir ?

Depuis quelques mois, je prenais le pouls de la rue, attiré par son murmure. L’attaque des ornithorynques, identifié tardivement, avait surpris tous les commentateurs et la transformation des marcheurs en poux confondaient les plus grands analystes…

François Vitalis